Facebook va payer ses impôts en France

Blockchain et offshore
18 janvier 2018
Holding en Angleterre pour succursale en France
12 février 2018

Comme évoqué dans un précédent article, les grands groupes ont souvent recours à des méthodes complètement légales pour optimiser leur fiscalité, ce qui leur permet d’économiser des sommes qui donneraient le tournis aux communs des mortels. Grâce notamment à la création de sociétés offshore, ces sociétés profitent des avantages fiscaux que peuvent apporter certaines juridictions.
En effet, nous expliquions que par l’intermédiaire de créations de sociétés offshores en Irlande dans un premier temps, puis en passant par les Pays-Bas et en remontant vers les Bermudes (de réels globetrotteurs je vous dis), des groupes comme Google parvenaient à payer des sommes misérables en France sans pouvoir être inquiétés par la justice.

Voir notre article : Le système de double irish

Facebook sort du lot

De manière plus générale, les sociétés du GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple) sont souvent citées en exemple pour être passés Maîtres dans ce type de pratique, chacun a une échelle différente. On sait par exemple que Facebook, par le billet de sa société en Irlande, a payé en France seulement 1,16 millions d’euros d’impôts sur les bénéfices en 2016 au lieu de 80 millions d’euros si cette même société avait été basée en France (source BFM business). Oui mais voilà, le 15/01/2018 à la radio, le PDG du groupe Facebook France a annoncé que le géant des réseau sociaux allait dès 2018 payer ses impôts en France. Cette annonce intervient alors que Marc Zuckerberg avait déjà annoncé son souhait de redorer le blason de sa marque notamment en épurant le fil d’actualités des utilisateurs. Facebook France souhaite donc certainement rendre une image plus lisse aux yeux de ses utilisateurs et ne plus être assimilée au monde de l’offshore.

En revanche, pour ce qui est de la proposition de Julien Dray d’offrir 50 000 euros à tous les jeunes de 18 ans (demande faite aux GAFA), il va falloir repasser. A mon humble avis, Facebook est peut-être devenu un ange mais certainement pas un pigeon.

Mais que font les autres ?

Facebook France décide donc de ne plus utiliser des montages de sociétés offshores pour optimiser ses revenus. Il s’agit là certainement plus d’une décision politique qui comme expliqué plus haut permettra de lisser l’image de Facebook en proie à de nombreuses polémiques l’an dernier. La question est désormais de savoir si les autres grands groupes vont suivre le pas.
Les créations de sociétés au Royaume-Uni, en Irlande ou autres montages fiscaux permettant de réduire considérablement et légalement l’impôt sur les bénéfices, il parait peu probable que cette décision entraine un élan de bonne volonté chez les entreprises profitant de ce système.

Et nous, que faisons-nous ?

Howard & Spector s’occupe de la création de société offshore et onshore, en France et partout dans le monde et proposons notre savoir-faire de manière générale dans les services nécessaires à la vie courante d’une société. N’hésitez pas à nous contacter afin d’en savoir plus.