Football leaks

Optimisation, évasion et fraude fiscale : quelle différence ?
16 avril 2018
McDonald’s : l’optimisation fiscale, c’est tout ce que j’aime
22 mai 2018

Football leaks: les révélations

C’est un des sujets qui déchaine le plus les passions, qui peut entrainer des discordes entre les meilleurs amis du monde et qui pourrait même parfois générer chez les individus les plus intègres une mauvaise foi inégalable. Je parle bien évidement de football. Depuis maintenant plus de 20 ans, un sujet prend de plus en plus de place dans ce sport : le salaire des joueurs et l’argent que génère le football de manière générale.

Une inflation continue depuis les années 2000

Au début des années 2000, le football connaît une inflation sans précèdent aussi bien au niveau des salaires des joueurs qu’au niveau des transferts. En 1998, le transfert record a été effectué par le Paris Saint Germain pour un montant de 110 millions de francs en faveur du nigérian Jay Jay Okocha. Une somme qui sera régulièrement battue au fur et à mesure des années. L’été dernier, le Paris Saint Germain redeviendra 19 ans plus tard le club ayant dépensé la plus grosse indemnité de transfert de tous les temps en payant pas moins de 222 millions d’euros (hors prime et différentes taxes) de transfert pour s’attribuer le brésilien Neymar.
Cela va sans dire que les salaires des joueurs ont eux aussi tout bonnement explosés. Si au milieu des années 2000, Zidane qui était le joueur de football le mieux payé de l’époque ne dépassait pas les 10 millions d’euros de salaires par an (tous revenus confondus), en 2017 l’argentin Lionel Messi aura perçu 126 millions d’euros (tous revenus confondus).

Beaucoup d’argent = beaucoup d’impôts

Naturellement, de tels revenus entrainent une forte imposition et c’est alors que le site football leaks va faire des révélations importantes concernant des joueurs stars qui auraient bénéficié de créations de sociétés offshores afin de dissimuler des revenus. Bien entendu, pour être le plus discrets possibles, les montages établis ne se résument pas à une simple création de société offshore en Angleterre ou à Hong-Kong. Nous parlons ici de création de sociétés écrans, trusts et autres moyens de dissimuler des fonds. Les procédés utilisés en soit ne sont pas illégaux s’ils sont déclarés ce qui n’a pas été le cas dans cette affaire.

Cristiano Ronaldo au cœur de la tempête

Au cœur de ce scandale, ce n’est pas moins de 188 millions d’euros qui auront échappé au fisc de différents pays. Parmi les personnages cités, on retrouve de grands noms du football dont notamment Cristiano Ronaldo (CR7). En effet, à lui seul le montant de la fraude fiscale s’élèverait à 150 millions € !!!!!

La star portugaise aurait payé seulement 5.6 millions d’euros d’impôts sur cette somme soit 3.7% d’imposition. Vous parlez d’une optimisation. La justice espagnole s’est évidement emparé de ce dossier. Rappelons simplement que Lionel Messi a été condamné à 21 mois de prison avec sursis pour une fraude fiscale évaluée à … 4 millions d’euros.

Howard & Spector rappelle la loi

Comme souvent dans nos articles nous aimons rappeler la loi. S’il n’est pas illégal de recourir à des créations de société offshore en Angleterre ou en Ecosse ou même à Hong-Kong, le but de ses créations de sociétés ne doivent pas être la fraude fiscale mais bien l’optimisation qui est quant à elle tout à fait légale.

Optimisation, évasion et fraude fiscale : quelle différence ?

Aussi, si vous souhaitez donc créer une société en Angleterre en Ecosse ou à Hong-Kong ou dans quelques juridictions que ce soit, nous recommandons de toute manière de prendre les précautions nécessaires en vous tournant vers un spécialiste de la question pour ne pas sortir des clous de la loi.