Je n’ai besoin de personne en Harley Davidson !

Réforme de la zone euro
20 juin 2018
Compte bancaire en Angleterre pour les non-résidents
25 juillet 2018

Non, nous n’allons pas dans cet article faire l’éloge de Brigitte Bardot ou bien de sa chanson. Mais nous allons effectivement évoquer le cas de Harley Davidson qui a récemment manifesté son souhait de délocaliser sa production pour échapper à la nouvelle taxe européenne sur l’automobile Américaine.

La guerre commerciale officiellement ouverte

Les taxes imposées par Donald Trump sur l’importation de nombreux produits ont déclenché une véritable guerre commerciale avec l’Europe et la Chine. Chacun mettant en place de nouvelles taxes pour répondre aux agissements « des autres ». Comme souvent dans ce cas, ce sont les sociétés exportatrices qui subissent de plein fouet cet affrontement.

Harley Davidson, premier coup dur pour Trump !

La politique protectionniste de Donald Trump vient aujourd’hui de subir un sacré revers puisque Harley Davidson, marque emblématique américaine vieille de 115 ans, vient d’annoncer son projet de délocalisation pour échapper aux nouvelles taxations européennes. En effet, Bruxelles a décidé d’augmenter les taxes de la célèbre marque américaine passant de 6% à 31%. Une augmentation de 25 points, qui représente un coût supplémentaire de 2200 dollars par véhicule. Si la juridiction n’a pas encore été dévoilée nul doute que Harley ne va pas se faire prier pour opter pour une juridiction où la fiscalité est attractive (comme ce serait le cas avec une création de société en Angleterre ou dans les pays de l’Est pour profiter d’une main d’œuvre peu couteuse). Il sera donc peu envisageable de voir une usine Harley Davidson en France.

Trump en colère

Le président américain ne s’est pas fait attendre et a très vite tweeté en réaction à cette annonce de délocalisation.

« Surpris que de toutes les compagnies Harley Davidson soit la première à hisser le drapeau blanc. Je me suis battu dur pour eux et finalement ils ne vont pas payer les droits de douane dans l’UE »

Création société à l’étranger encore et toujours la solution face au protectionnisme

Cette délocalisation n’est certainement pas la dernière du genre si la guerre commerciale continue et que nouvelles taxes soient imposées. Il ne serait pas étonnant de voir des sociétés américaines venir créer des sociétés en Angleterre ou dans d’autres juridictions européennes pour échapper à cette lutte. Bien que la création d’une société en Angleterre serait soumise aux contraintes du Brexit (si Brexit il y a), les taxes imposées seront forcément moins importantes que celle imposées aux sociétés américaines.

Les emplois américains vont en pâtir

Au-delà des considérations politiques et géopolitiques, le réel souci que va entrainer cette guerre commerciale est la perte des emplois pour des centaines, voire des milliers de personnes. En effet, Harley Davidson va donc réduire sa production sur le sol américain et de ce fait des employés seront forcément remerciés. Si d’autres entreprises venaient à se délocaliser pour les mêmes raisons, le problème pourrait rapidement devenir majeur. Donald Trump, qui avait pourtant démarré sa présidence par de brillants résultats économiques (et ceci personne ne peut le nier), ne s’attendait certainement pas à voir s’échapper des constructeurs américains. Il sera intéressant de voir comment le locataire de la maison blanche va réagir face à cette problématique dans les prochaines semaines.